college essay helper go here www.hot-essay.com sourse for students
FacebookTwitterLinkedin

Michel Khalifat - Faqra Catering

michelLe traiteur Faqra a été créé initialement pour desservir les villas du Faqra Club lancé en 1976 à Kfardebiane. En 2002, Nabil Chartouni rachète l’entreprise qui devient Faqra Catering et quitte le village pour s’installer à Beyrouth et orienter ses activités sur l’ensemble du territoire libanais. L’investissement est de six millions de dollars comprenant la construction de la cuisine centrale de 1 500 m2 située sur la Corniche du fleuve, où sont aussi installés les nouveaux bureaux de la société. Son directeur général Michel Khalifat, formé en Suisse, rejoint l’entreprise en 2006. Aujourd’hui, les services sont répartis entre Faqra Catering qui est chargée des mariages et des réceptions, et sa filiale Food Gallery spécialisée dans le secteur institutionnel. En 2014 son chiffre d’affaires est de 12 millions de dollars.

 

À votre arrivée en 2006, quels ont été les changements apportés au fonctionnement de Faqra Catering?
J’ai décidé d’élargir la clientèle afin de pouvoir couvrir les frais de per- sonnel durant la saison morte. Faqra Catering emploie aujourd’hui 200 personnes. Outre les mariages, nous avons donc ajouté des contrats industriels qui représentent aujourd’hui 40 % de notre chiffre d’affaires. Nous sommes notamment présents dans le secteur de l’éducation à l’université NDU et sur les trois campus de l’USJ où nous servons au total 17 000 étudiants, mais aussi dans de grandes institutions telles que la Banque Libano-Française, la Fransabank, la BankMed et le Clemenceau Medical Center. Nous avons parallèlement modernisé nos services pour l’organisation d’événements privés qui représentent 60 % de notre chiffre d’affaires dont plus de deux tiers de mariages : nous n’avons pas de menu établi, tout est fait sur mesure en accord avec le client, pour un ticket moyen de 130 à 500 dollars. De plus, notre dépar- tement innovation cherche à découvrir les nouvelles tendances et nos chefs partent chaque année à l’étranger pour rapporter de nouvelles techniques et ingrédients. En 2015, c’est le tour de l’Italie.

 

Une partie de votre activité se fait à l’étranger, est-ce un seg- ment que vous souhaitez développer ?
En effet 10 % de notre activité de traiteur pour les mariages et réceptions privées ont lieu hors du Liban. Nous souhaitons élargir ce segment, notamment dans les pays du Golfe, car la taille des événements y est plus importante : les mariages dans les familles royales comptabilisent près de 10 000 convives pour un ticket moyen parfois cinq fois supérieur à celui du Liban. Nous réfléchissons d’ailleurs à la construction d’une cuisine centrale en Arabie saoudite ou aux Émirats arabes unis.